Le plan Vélo, une évolution pour l’écologie qui s’étend jusqu’en 202...

L'écologie d’aujourd'hui découle d'une prise de conscience des changements climatiques et des effets négatifs de l'activité humaine sur l’environnement. Face à cela, des alternatives sont mises en place afin de diminuer cette pollution de plus en plus présente dans le monde, telles que les trottinettes et les vélos, ou même la marche à pied.

 

Ces modes de déplacement connaissent une évolution en hausse ces dernières années en France, comme une augmentation de 24% pour les déplacements faits à pied et 3% pour ceux à vélo en 2018. Depuis, le nombre de trajets réalisés à vélo ont augmenté de 28% entre 2019 et 2021.

Il est montré que le vélo a donc un potentiel de développement assez important car 60% des trajets domicile-travail de moins de 5 kilomètres sont faits en voiture contre 5% à vélo.

Ce potentiel est déjà démontré avec une augmentation des ventes de vélos électriques en France qui s’élève à +29% entre 2019 et 2020.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Gouvernement a, en 2018, développé le premier plan national « Vélo et mobilités actives » (loi orientation des mobilités (LOM)) qui a eu un fort succés au vu du développement de ces dernières années. Afin de souligner ce dernier, Elisabeth Borne a annoncé le 20 septembre 2022 le deuxième plan mis en place pour les années 2022 à 2027.

 

Ce deuxième plan comprend trois objectifs principaux :

 

  • Le premier étant de rendre le vélo accessible à tous, dès le plus jeune âge.

  • Le second étant de faire du vélo ou de la marche à pied, qui correspond à une alternative à la voiture individuelle utilisée pour les petits déplacements, mais aussi d’utiliser les transports collectifs pour les déplacements de longues distances.

  • Le dernier étant de faire du vélo, mais ici en étant un levier pour l’économie française en accompagnant l’écosystème de nombreux acteurs français.

 

Le Gouvernement a souhaité développer ce plan autour de certains piliers comme la sécurité et la sureté.

Avec un développement des aménagements cyclables an agglomération en autorisant des dispositifs d’éclairage plus renforcés et en créant des zones à vélo comme aux feu de circulation, son but est d’accroitre la sécurité sur les routes et donc de réduire le nombre d’accidents comme vu précédemment.

 

De plus, aider à financer des projets d’aménagements cyclables sur le territoire des collectivités est un des points à développer avec ce plan.

 

Pour accompagner ce thème de sécurité, la sureté est mise en avant avec des dispositifs mis en place afin de mieux lutter contre le vol. Nous y retrouvons l'identification des cycles avec un système de numéro d’identification pour chaque nouveau vélo neuf vendu en France depuis le 1er janvier 2021 par exemple. Ce système concerne aussi les vélos d’occasion vendus par des professionnels en France.

De plus, des stationnements spécialisés pour les vélos ont été créés afin de les sécuriser que ce soit dans les lieux publics comme les gares et les pôles d’échange, mais aussi les lieux privés, c’est-à-dire chez vous dans votre habitation, votre lieu de travail…

 

Pour continuer à faire évoluer ce chemin vers l’écologie et la protection de l’environnement, le gouvernement incite et pousse la population à se procurer des vélos et ainsi peut-être remplacer la voiture quand cela est possible. Pour cela, des primes à l’achat de vélo ont été mises en place : le bonus écologique et la prime à la conversion.

 

Pour le bonus écologique, il concerne plusieurs types de vélo. Concernant le « vélo à assistance électrique », il passe de 200 € à 400 € maximum.

Pour le « vélo-cargo », il monte à 2 000 € maximum, mais aussi pour une remorque électrique pour vélo, d'un vélo pliant ou d’un vélo adapté aux situations de handicap.

Quant à la prime à la conversion, elle passe de 1 500 € à 3 000 € maximum. Elle est accordée pour l’achat d'un vélo à assistance électrique neuf ou d'occasion, en échange de la mise au rebut d'un vieux véhicule motorisé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Beaucoup d’entreprises s’alignent à ce plan en innovant de nouveaux équipements et d’accessoires afin de participer à l’essor des mobilités actives. 

C’est le cas de VISAIA BIKE, entreprise française et plus précisément ardéchoise qui développe QLÏR, des rétroviseurs-clignotants pour vélos et trottinettes, dans le but d’optimiser la sécurité sur les routes et bien sûr si possible de participer à la baisse du nombre important d’accidents sur les voies cyclables ou routières. 

Cet accessoire de sécurité est devenu essentiel aujourd’hui, que ce soit pour le cycliste lui-même ou pour tous les pratiquants. 

 

Alors, qu’attendez-vous pour être en sécurité sur la route ?

Source : https://www.ecologie.gouv.fr/velo-et-marche

istockphoto-583855264-612x612.jpg
istockphoto-1176539777-612x612.jpg
istockphoto-1341318205-612x612.jpg
Sans titre-3.png